Comme plusieurs, depuis le début de la pandémie, on constatait la tendance « résilience ». Au fil des jours, le mot était de plus en plus présent sur différentes tribunes…

Nous ne sommes ni psychologues ni travailleurs sociaux. Nous sommes passionnés de dynamiques humaines qui se déploient dans les organisations, les collectifs, les systèmes d’acteurs, les communautés. Curieux, la question de la résilience de nos organisations s’est emparée de nos esprits!

Cette réflexion a marqué le début d’une exploration fascinante. Dans l’intention de renforcer les capacités de résilience de nos milieux, nous avons conjugué l’approfondissement du concept à notre expertise pratique pour développer une démarche collective. Une démarche expérimentale et flexible pour « vivre », et observer à la fois le processus et ses effets possibles sur les individus y participant. Un genre de laboratoire sur la résilience.

Un projet pilote s’est réalisé avec un groupe composé d’une dizaine d’acteurs estriens provenant d’horizons très variés : développement communautaire, développement économique, économie sociale, économie circulaire, environnement, concertation locale, etc. Des acteurs qui avaient tout le potentiel d’être des agents multiplicateurs dans leur milieu. De par leur rôle clé, ils avaient des liens privilégiés avec des groupes et des comités auprès desquels ils pouvaient réinvestir les outils.

Le projet entre maintenant dans sa deuxième phase. Nous sommes en recrutement de nouveaux groupes de volontaires afin de poursuivre la réflexion, tant théorique qu’expériencielle!

 

« Je croyais qu’une personne était résiliente ou non… J’ignorais les composantes de la résilience organisationnelle qui, elles, peuvent s’apprendre, se développer et se partager! Un bel apprentissage, avec une bonne équipe, que je recommande fortement à tous ceux qui pensent connaitre la résilience! »

Dominique Labrecque, Conseillère en développement économique local

LE PROJET

Notre intention est d’accompagner des acteurs du développement des communautés à devenir des éveilleurs de résilience dans leur milieu.

Pour ce faire, nous réaliserons six (6) cohortes jusqu’en 2026.

Les cohortes peuvent être créées à géométrie variable : un groupe intéressé, qui en sent le besoin et qui a envie de s’investir dans le parcours.

  • Sur une base territoriale ;
  • Sur une base métier ou sectoriel : des fédérations, des réseaux, des regroupements, etc.;
  • En fonction de besoins spécifiques repérés auprès d’un groupe.

On imagine un groupe d’une dizaine de personnes par cohorte, sachant que le nombre exact variera en fonction des contextes.

Prérequis

La formalisation de l’engagement dans le parcours par l’employeur ou un groupe d’appartenance est fortement recommandée :

  1. En guise d’appui aux participants tout au long du parcours (libération de temps, rencontres de suivi avec le participant, etc.);
  2. Pour mieux ancrer les apprentissages dans une dimension organisationnelle ou collective.

Compensation

L’appui financier de la Fondation Lucie et André Chagnon permet une allocation de 2 000$ pour chaque participant au parcours. Cet incitatif est symbolique en contrepartie du temps investi sur les heures de travail ou des frais de déplacement, d’hébergement et de repas qui pourraient être encourus lors des rencontres en présentiel.

Le recueil Opération résilience

Suite au travail réalisé lors du projet pilote, un recueil servant à la fois de base théorique et de guide d’intervention pour les participant-es acteurs/trices (les « éveilleurs ») a été développé.

Nous vous donnons ici accès à la version abrégée contenant le contenu théorique. La version guide d’intervention est disponible sur demande.

Télécharger le Petit recueil de la résilience

 

« Quelle belle expérience! Ce laboratoire vivant m’a fait comprendre que la résilience n’est pas nécessairement une compétence à acquérir, mais plutôt une posture qui permet la mise en place de conditions de réussites pour devenir une organisation apprenante. Du concret et de belles réflexions qui inspirent même les partenaires que je côtoie. Enfin une formation qui permet des échanges en profondeur et de l’expérimentation dans nos milieux de travail. Merci! »

Mélissa Rivard, directrice générale d’une CDC.

 

Le parcours

Une formation-action qui combine trois types d’activité :

Formation et partage de pratiques pour l’appropriation des concepts :

  • Dix (10) journées de formation en groupe (ou l’équivalent), à raison d’environ une par mois ;
  • Dix (10) séances de partage de pratiques, d’environ 2 heures, entre les journées de formations ;
  • Contenus, outils et stratégies développées au fil des cohortes.

Transfert et mise en application auprès d’un groupe :

  • Équipe de travail, comité ou groupe accompagné dans le cadre du travail, au choix du participant.

Accompagnement-coaching individualisé :

  • Dix (10) heures d’accompagnement par participant ;
  • Un journal de bord permettant de faire le suivi du parcours ;
  • Suivi de l’effet levier avec l’employeur ou le groupe d’appartenance.

 

Ce projet est rendu possible grâce au soutien de la Fondation Lucie et André Chagnon.

 

Écrivez-nous!

Intéressé-e par la résilience?

Lancez une opération résilience dans votre région!